Rapport technique et feuille de route

View page in English

Le réseau alimentaire invisible du Canada

Fruit d’une recherche inédite au pays, le rapport technique Le réseau alimentaire invisible du Canada répond à une question pressante : qui aide à se nourrir les millions de Canadiennes et Canadiens en situation d’insécurité alimentaire?

Les conclusions de l’étude sont choquantes : il y a quatre fois plus d’organismes alimentaires communautaires qui fournissent des aliments que d’épiceries au Canada. Cette mosaïque imposante se compose de services isolés, qui tentent de soutenir 6,7 millions de personnes dans un contexte où le secteur caritatif ne s’est pas encore tout à fait remis de la pandémie.

Lire Le réseau alimentaire invisible du Canada

Les résultats sans précédent que contient ce rapport sont l’aboutissement d’un projet de recherche mené conjointement pendant près de deux ans par Deuxième Récolte et Value Chain Management International, une organisation qui joue un rôle prépondérant auprès du public et de l’industrie en ce qui a trait au gaspillage alimentaire.

« Notre recherche démontre que le système alimentaire caritatif forme une immense mosaïque de services absolument essentiels, mais isolés les uns des autres. Ce modèle n’est ni viable ni résilient, et nos populations les plus vulnérables en pâtissent particulièrement. C’est pour combler les lacunes dans les données que nous avons mené cette recherche, car les données sont cruciales pour trouver des stratégies et des solutions. »  
Lori Nikkel, directrice générale de Deuxième Récolte

Quelques faits sur le réseau alimentaire invisible

6,7 millions

de Canadiennes et Canadiens comptent sur ce réseau alimentaire.

61 000

organismes sans but lucratif fournissent de la nourriture aux Canadiennes et Canadiens.

Il y a quatre fois plus

de programmes alimentaires caritatifs que d’épiceries au Canada.

33 milliards de dollars :

c’est la valeur totale des aliments fournis par des associations caritatives en 2020.

« Ce besoin ne disparaîtra pas après la pandémie, et les programmes comme celui-ci (le Programme de récupération d’aliments excédentaires et l’application Bouffe Récup de Deuxième Récolte) sont nécessaires pour continuer à créer des relations entre ceux qui ont accès à l’excédent d’aliments et les organismes qui peuvent l’utiliser pour lutter contre l’insécurité alimentaire. »  
MetroWorks Employment Association, Halifax

Walmart ORG Logo

Ce projet a été rendu possible grâce à une généreuse subvention de la Fondation Walmart.